la Vierge des feux Port-en-Bessin, une photo qui pose bien des questions

Posté le Mercredi 14 septembre 2016

port en bessin 021 photo vue générale internet

On trouve encore de belles choses sur les vides greniers, en témoigne cette surprenante photo que je viens d’acquérir.

(cliquer sur la photo pour agrandir)

Cette vue est en effet très intéressante, ceux qui connaissent Port en Bessin  vont s’en rendre compte tout de suite, ce qui saute aux yeux c’est l’emplacement de la maison des feux qui n’est pas placée au même endroit qu’aujourd’hui, chose qui j’ignorai.

Actuellement elle se situe à gauche de la rue du phare quand on monte (anciennement rue de la crue) et sur la photo elle est à droite, le phare d’aval n’est pas non plus lui aussi  placé  au même endroit, un peu plus à l’Ouest, ce qui est normal l’alignement  des deux feux (amont et aval) donne l’axe de la passe, si on en bouge un l’autre doit suivre. Autres remarques la halle au poissons n’est pas encore construite (elle sera édifiée en 1879 1880), encore une chose, à droite de la tour Vauban, une  construction  avec il semble une petite tour.

J’ai voulu dater cette photo, une chose est sûre elle est d’avant 1880 date de la construction de la poissonnerie. J’ai pensé dans un premier temps qu’elle datait d’avant 1854, date qui correspond, d’après mes lectures, à la construction de l’ancienne maison des feux détruite le 6 juin 1944.

Je n’étais pas convaincu par ma propre analyse, une photo des années 1850 c’est quand même très rare, des recherches  s’imposent. Quand a été construite cette fameuse maison dite  des feux détruite en juin 1944 ?

On m’a aidé un peu, merci au Centre Culturel de Port en Bessin, qui m’a orienté vers les archives du Calvados, en effet sur une très belle carte de 1878 on peut voir les feux (appelés « feu de marée » sur le plan), au même emplacement que  sur ma photo.

L’ensemble est constitué d’un premier feu, feu d’amont (feu de marée) feu fixe blanc ou rouge suivant s’il y a plus ou moins de 3.5m d’eau à l’entrée du port , il est situé à 40m de hauteur, le second, feu d’aval situé à 28m feu fixe de couleur blanc.

Ce plan, je ne peux pas mettre sur mon blog, il faut une autorisation, mais il est consultable sur le site des archives du calvados voici le numéro du plan FI_844_W_45302/11, on peut voir aussi les constructions à coté de la tour Vauban comme sur la photo, par contre rien sur la maison des feux détruite en 1944, donc conclusion elle à été édifiée après 1878 (on avance !)

J’ai recherché dans ma collection de cartes postales si j’avais des vues avec les tout premiers feux, comme sur la photo.  j’ai eu un peu de mal à trouver, mais en regardant bien une carte,  j’aperçois le feu d’aval situé au à l’endroit correspondant, mais le feu d’amont est caché partiellement par le mat d’une barque de pêche, la halle au poisson est construite, donc conclusion la maison des feux détruite en 1944 date d’après 1880 ( encore un petit pas en avant).

feu de marée carte postale_modifié-1

la flèche bleue indique les barrières de l’entrée du chemin qui conduit aux constructions où se trouve le feu d’amont, on peut les voir aussi sur la photo ancienne.

(cliquer sur la photo pour agrandir)

La carte postale date d’environ 1900 peut être un peu avant, mais la photo a pu être prise vers 1890 voir précédemment, ça je ne peux pas le confirmer.

En résumé il n’y a eu trois maisons des feux, celle qui figure sur ma photo, la deuxième construite après 1880 à l’emplacement actuel, et celle d’aujourd’hui  reconstruite au début des années 1950 au même endroit. (Nommé aujourd’hui la vierge des feux)

J’ai remarqué sur des cartes postales du début du siècle des glissements  important à l’endroit ou se situait le premier feu d’aval au niveau du chemin des Tourettes , ce qui a peut être justifié le déplacement de l’ensemble des installations à l’endroit actuel.

SONY DSCj’ai pris une photo avec à peut prêt la même orientation que la carte postale pour comparer  les deux vues . Si la maison des feux détruite en juin 1944 était construite avant 1880 on la verrait sur la carte postale, et on ne la voit pas, ce qui confirme un peut plus qu’elle a été édifiée après 1880.

Et le Vierge don du conte d’Houdetot ? …. Je pense qu’elle était sur les tout premiers feux et a été déplacée sur le nouveau site que l’on connait aujourd’hui, mais c’est ça, c’est moi qui le dit.

Une chose est certaine la Vierge de feux n’était pas à l’ endroit que l’on connait aujourd’hui en 1858.

Suite de mon enquête.

Je viens de lire sur  une fiche de Bayeux : randonnée dans le Bessin, circuit 11  fiches D36  page4. Je cite «Port-en-Bessin-Huppain possède trois repères terrestres pour les marins: les feux, la Vierge et une corne de brume,  les feux occupent leur emplacement actuel depuis 1887 . Détruits lors des opérations du Débarquement des forces alliées, ils furent réinstallés au même endroit», ce qui va dans le sens des cartes postales et de ma photo.

J’ai fait une superposition d’une photo aérienne et par transparence du plan de 1878 on voit nettement que la rue du phare n’a pas bougé depuis cette date à noter juste une petite imprécision sur le tracer du plan de 1878 ce qui parait tout à fait normal , mais globalement la photo et le plan se recoupent .

 J’ai rencontré des portais en me promenant sur le site  et m’ont dit qu’en effet les feux avaient  été déplacés, houf ! Je ne suis pas le seul à le dire

 Copie de port en bessin 001a  Carte d’après 1880, on voit la Halle au Poisson mais pas le feu d’aval, normal il est plus à l’Ouest , on voit par contre le petit chemin qui y mène . Donc cette carte, ou plutôt la prise de vue est d’avant 1887

(cliquer sur la photo pour agrandir)

les deux cartes suivantes après 1887

Copie de port en bessin 001d1Carte d’après 1880, on voit la Halle au Poisson et on voit le feu d’aval à l’emplacement  actuel.

(cliquer sur la photo pour agrandir)

 

Copie de port en bessin 008

 

Une dernière carte postale où l’on voit cette fois les deux maisons des feux, la nouvelle complétement en haut à gauche et l’ancienne entre les deux maisons dans la falaise, certainement avant de détruire l’ancienne il a fallu construire la nouvelle.

 

 

dominique1012 @ 19:04
Enregistré dans cartes postales anciennes
136 ème régiment d’infanterie de ligne à Sainte-Honorine

Posté le Vendredi 19 août 2016

     Étonnante carte postale de Sainte-Honorine-sur-mer (devenu Sainte-Honorine-des-Pertes), ou l’on voit « l’arrivée du 136e de ligne, en manœuvres, à Sainte-Honorine-sur-mer », carte postée en 1908. Après des recherches sur le net, il s’agirait du 136ème régiment d’infanterie  de ligne  basé caserne Bellevue à Saint-Lô . Comme  j’avais un doute  sur la localité, je suis allé vérifier sur place, il s’agit bien d’une carte de St Honorine, photo prise  route d’ OMAHA BEACH.

Ces soldats ont -ils  poussés leurs manœuvres jusqu’à Port en Bessin?

Je ne collectionne pas spécialement St Honorine mais je ne pouvais laisser passer cette belle carte peu connue.

136 régiment020

Sainte-Honorine-des-Pertes route d’ OMAHA BEACH, la maison est toujours là , pas grand chose à changé depuis 1908.

P1220751

dominique1012 @ 11:13
Enregistré dans cartes postales anciennes
Le pont tournant, Port-en-Bessin

Posté le Vendredi 10 juin 2016

Copie de port en bessin 001Très jolie vue sur le pont tournant et le quartier du Pollet.

 

    Après la construction du premier bassin et le percement de la passe, le 14 septembre 1878, une passerelle en bois fut mise en place provisoirement pour assurer la communication entre le bourg et le quartier du Pollet où habitaient les pêcheurs. Elle fut remplacée par un pont tournant dont les plans et devis avaient été approuvés par M. Frecynet, Ministre des Travaux Publics.

    L’adjudication eut lieu le 12 janvier 1880 au prix de 15.000 francs et le pont mis en place entre le 7 et le 12 juillet 1880. Il fut inauguré par M. Larminat, ingénieur d’arrondissement à Bayeux, qui ne le livra à la circulation qu’après toute une série d’épreuves.

Copie de port en bessin 002Le pont tournant : Moyen de passage entre le quartier Ouest et le quartier du Pollet à l’Est du port.

Carte postée en 1907.

Copie de port en bessin 003Si le pont et un lieu de passage, il est aussi un endroit de rencontre et de discutions.

Copie de port en bessin 004Vue sur le pont tournant  la place de la fontaine et le quai Letourneur.

Copie de port en bessin 005

Vue sur le pont tournant photo prise de la tour Vauban.

Carte postée en 1931.

Copie de port en bessin 006Vue sur le pont tournant  et la poissonnerie. A gauche de la carte le café MARIE.

Carte postée le 5/07/1908.

Copie de port en bessin 007Le pont tournant ouvert pour laisser passer le Marie-Albert entrant au port.

Le Marie-Albert armé à Port-en-Bessin en : 1900, désarmé en : 1914.

dominique1012 @ 17:41
Enregistré dans cartes postales anciennes
Loisirs et détente à Port-en-Bessin

Posté le Mardi 15 mars 2016

Port- en-Bessin c’est aussi une jolie petite plage, on y passe de bons moments.

Copie de port en bessin 001

L’heure du bain.

Les femmes profitent  de la marée basse pour emmener les enfants jouer au bord de l’eau.

Carte postée en 1965.

Copie de port en bessin 002

Basse mer.      Moment de bonheur et de détente.

Copie de port en bessin 003

Enfants jouant sur la plage.        Carte postée en 1911.

Copie de port en bessin 004

On se mouille les pieds, on pêche la crevette, que du bon temps !

Copie de port en bessin 005

Le bain : Pas de maillot de bain, on retrousse la robe et le tour est joué.

Copie de port en bessin 008

Les enfants ont fait un  petit barrage fait de sable pour retenir l’écoulement de l’eau, ce qui permet de prendre un bain de pieds dans la petite marre ainsi formée.

Copie de port en bessin 010

Beaucoup de monde sur la petite plage située dans l’avant-port.

Copie de port en bessin 017

La plage et les rochers.               Carte postée en septembre 1953.

Copie de port en bessin 012

Que de choses me sont passées par la tête au cours de mes soirées sur cette plage divine aux reflets nacrés, et dont les couchers de soleil semblent vouloir vous transporter dans le céleste paradis.   

 (Joli texte repris sur une carte.)

Copie de port en bessin 023

C’est aussi la pêche sur les jetées;

Pêcheur à la ligne au début des années 1900.

Copie de port en bessin 026

On peut aussi s’y promener comme comme ces belles bourgeoises .

Copie de port en bessin 031

  Vue générale du port et du petit camping sauvage installé sur la falaise ouest au dessus du chemin des Tourettes.

 

Copie de port en bessin 033

L’entrée du camping de la prairie     Carte postée en 1974.

Copie de port en bessin 036

Le camping de la prairie, les tentes.

Copie de port en bessin 035

Camping de la prairie- les campeurs.  cool!

Copie de port en bessin 038

Vue aérienne sur le camping de la prairie.    Carte postée en 1964

Copie de port en bessin 041

Ancien restaurant Les FLOTS BLEUS.

 Maison LALLARD, chambre,cérémonies – banquets – mariages.

 

 

 

 

 

 

dominique1012 @ 23:04
Enregistré dans cartes postales anciennes
La route de bayeux du coté des quais.

Posté le Jeudi 10 mars 2016

 Copie de port en bessin 001Visage de la rue de BAYEUX du coté des quais, au début des années 1900

Copie de port en bessin 002

Rue de Bayeux à gauche superbe une maison qui sera détruite lors de deuxième guerre mondiale.

Copie de port en bessin 003

Vue sur le port et la rue de Bayeux après guerre la belle maison  ne fait plus partie du paysage portais.

 Copie de port en bessin 004

Vue sur le port et la rue de Bayeux, construction du café tabac « La Rotonde », à l’angle de la rue de Bayeux.

Carte postée en 1957.

Copie de port en bessin 006

 Vue sur le port et le nouveau visage de la  rue de Bayeux, le café-tabac « La Rotonde » remplace la belle maison.

Carte écrite en 1965.

Copie de port en bessin 007

Le café-tabac « La Rotonde » un peu plus loin la pharmacie.

dominique1012 @ 22:34
Enregistré dans cartes postales anciennes
Port-en-Bessin, débarque et la vente du poisson

Posté le Jeudi 26 février 2015

Copie de port en bessin 061s1

La poissonnerie, la vente du poisson.

 Avant la construction du port celle-ci se faisait sur la grève. La poissonnerie fut détruite en 1942 sur l’ordre impératif des autorités allemandes occupant la commune.

Carte postée en 1930

Copie de port en bessin 061s2

La poissonnerie, fin de la vente.

  Les pêcheurs font une pose avant de bientôt reprendre la mer, à gauche de la carte les femmes lavent les paniers dans la fontaine.

Copie de port-en-bessin 579

Sur le pont d’un chalutier. Retour de pêche.

Copie de port-en-bessin 580

Avant la vente, le poisson est rangé, trié, sur le bateau avant la débarque.

Copie de port-en-bessin 581

Débarque du poisson sur le quai de l’épi.

Carte postée en 1948.

Copie de port-en-bessin 582

Vente du poisson sur le quai.

Copie de port-en-bessin 583

Quai Félix Faure, débarque sous les tentes que l’on dressait les jours de ventes.

Carte postée en 1957.

Copie de port-en-bessin 587

Quai Félix Faure, Les tentes qui ont servies d’abri dans un premier temps faute de mieux à la débarque et la vente du poisson.

Copie de port-en-bessin 585

Débarque du poisson  sur le quai Félix Faure dans les années 1950.

En arrière plan les maisons fraîchement reconstruites  sur le quartier du Pollet

Copie de port-en-bessin 584

La vente sur le quai.

Copie de port-en-bessin 588

Les tentes quai Félix Faure.

Carte postée en 1966.

Copie de port-en-bessin 589

Vue générale du port, on voit la halle provisoire (poissonnerie ou criée) construite en 1958.

Carte postée en 1965.

Copie de port-en-bessin 590

Carte multivues. Le deuxième bassin et la criée – coup de mer sur la falaise ouest -     le trie du poisson travail souvent exécuté par les femmes – les tentes quai Félix Faure.

Carte postée en 1966.

Copie de port-en-bessin 591

Débarque et trie du poisson.

Copie de port-en-bessin 592

Trie du poisson et la vente.

Les caisses en plastique font leurs apparitions et remplacent peu à peu les vieilles caisses en bois.

Copie de port-en-bessin 593

 Débarque sous les tentes, la vente est finie, on empile  les caisses de poisson dans le camion. La dernière débarque sous les tentes aura lieu en 1974.

Copie de port-en-bessin 595

 La nouvelle poissonnerie ou criée.

De 172m de long pour une surface de 2825m2, elle fut inaugurée en 1974, après l’agrandissement du deuxième bassin. Fini la débarque sous les tentes, l’ancienne criée qui est devenue obsolète est détruite.

dominique1012 @ 23:23
Enregistré dans cartes postales anciennes
l’abri Thomas Lemonnier

Posté le Dimanche 21 décembre 2014

Je viens d’acquérir cette superbe carte dont le vendeur n’était pas sûr de sa localisation, mais se trouvait dans un lot de cartes de Port en Bessin.

Après des recherches,  j’ai trouvé  le lieu où à été prise cette photo de groupe.

Il  s’agit d’un local pas loin de l’église de Port en Bessin  L’abri Thomas Lemonnier (Thomas Lemonnier était l’évêque de Bayeux – Lisieux), je ne sais pas de grand-chose de cette construction et encore moins  des personnes qui se trouvent sur la carte postale, alors si vous avez des renseignements pouvant m’aider  je suis preneur, merci !

 port en bessin 515 copie

 

Voici une carte que j’ai trouvé sur le site WWW.notrefamille .com où l’on voit l’ensemble du batiment, qui a été légèrement modifié depuis.

cartes-postales-photos-L-Abri-Thomas-Lemonnier-PORT-EN-BESSIN-HUPPAIN-14520-14-14515001-maxi

dominique1012 @ 20:01
Enregistré dans cartes postales anciennes
Port-en-Bessin. Batême des barques et chaloupes de pêche.

Posté le Vendredi 22 août 2014

Copie de port en bessin 031n

Bénédiction d’une barque de pêche.

   Nous sommes sûrs d’intéresser nos bienveillants lecteurs  « terriens » en donnant ici la description de cette cérémonie familière depuis des siècles à tous les Portais. Il n’est pas mauvais d’ailleurs de fixer par écrit ces usages si pittoresques, si couleur locale et que seule la tradition conserve.

Quelque temps à l’avance, les intéresses s’entendent avec M. le Curé pour la date et l’heure. Au jour fixé, habituellement à la pleine mer, la barque nouvellement lancée, toute gréée et parée, le grand pavois flambant neuf battant au vent, est amarrée à l’un des quais du second bassin. Sur le pont arrière, sont disposés deux tables couvertes d’une nappe blanche, l’une en sorte de petit autel avec un Christ entre deux flambeaux et trois assiettes contenant respectivement de l’eau bénite et un buis, du blé et du sel ; l’autre, supportant l’énorme galette de pain bénit qui va être distribué à l’assistance à la fin de la cérémonie avec les paquets de dragées, les bouteilles de vin et les verres qui permettront, comme épilogue, de trinquer à l’avenir du nouveau  « baptisé ». Autour de ces tables, sont des chaises destinées au clergé, au parrain et à la marraine et aux plus notables invités. L’armateur et sa famille, le constructeur et ses ouvriers, le patron et ses matelots, des amis, femmes, enfants, etc., occupent tout le reste d’espace disponible sur le pont.

A l’heure dite, M. le Curé, revêtu du surplis et de l’étole, accompagné de M. le Vicaire et du sacristain, précédé des enfants de chœur, monte à bord. Sitôt qu’il à pris place à l’arrière, le silence se fait, les têtes se découvrent, les fronts se signent. La prière liturgique commence .

   Adjutorium nostrum in nomine Domini…

 PRIONS

   Daignez., Seigneur, exaucer nos prières et de votre droite sainte bénir ce navire et tous ceux qu’il porte comme vous daignâtes bénir l’arche de Noé voguant sur le déluge. Que Notre- Seigneur Jésus-Christ votre Fils leur tende la main qu’il tendit au Bienheureux Pierre marchant sur la mer ; qu’il commande aux vents pour ramener le calme a fin que vos serviteurs après une course fructueuse sur les flots parviennent au port de leurs désirs. Par le même Christ, etc.

    Le célébrant entonne alors l’Asperges et, pendant que le chantre et l’assistance continuent cette antienne qui prélude à la grand’messe de chaque dimanche, il fait avec l’eau bénite l’aspersion de tout le bâtiment : avant et arrière, cotés bâbord et tribord, chambre d’équipage, cale au poisson ; il faut qu’il aille partout, d’ailleurs on a bien soin de le lui rappeler.

De retour à sa place, il chante sur le ton solennel le passage de l’Evangile selon St Mathieu — chapitre 8e — relatant le miracle de la tempête instantanément apaisée au commandement du Sauveur sur la mer de Tibériade, récit qui se termine par l’expression de l’émerveillement des témoins : quel est donc celui-ci auquel les vents et les flots obéissent?

Après cette lecture, le célébrant et ses assistants chantent les psaumes 28, 92 et une fraction du 106e, expression inspirée des sentiments de l’homme de foi, isolé au milieu des éléments déchainés de la nature, en face du Seigneur. Tout-Puissant et Très-Bon.

La reprise de l’antienne terminée, le célébrant fait de la main un grand signe de croix sur le navire en disant :

Que la Bénédiction du Seigneur soit sur ce bateau et sur ceux qui y navigueront qu’il ne soit victimes d’aucune tempête mais qu’ils aillent et viennent toujours sains et saufs et qu’à la fin ils parviennent au port du Salut éternel. Par le Christ Notre-Seigneur.

Le célébrant s’enquiert alors au parrain et a la marraine du nom choisi pour le bâtiment et adresse à l’assistance une courte allocution.

On entonne « La cantique des matelots de Port-en-­Bessin à la Très-Sainte Vierge » et le célébrant  parcourt à nouveau toutes les parties du bâtiment en y répandant du blé et du sel, usage  symbolique et fort ancien.

De retour à sa place, le célébrant bénit les galettes et brioches, qu’aussitôt le patron s’empresse de découper et d’offrir non seulement aux hôtes du bord, mais encore à la foule de femmes et d’enfants qui se bouscule sur le quai. Même scène pour les dragées que distribuent le parrain et la marraine.

Pendant ce temps, les invités du bord choquent mutuellement leurs verres à la santé du bateau et à la leur propre ; le clergé quitte le bord et la cérémonie prend fin. Le lendemain, ou le jour le plus proche, une messe à laquelle assistent les hommes d’équipage et leurs familles, est célébrée pour le nouveau bâtiment.

Les chaloupes de pêche sont bénites avec le même cérémonial et le même appareil, toutes proportions gardées. Parfois elles sont, comme les barques, amarrées au bassin ; la plupart du temps, le baptême a lieu sur le chantier même avant le lancement, et c’est en escaladant des échelles que clergé et invités montent s’entasser dans l’embarcation.

Copie de port en bessin 023i

Lancement d’une barque de pêche.

    Aucun tarif n’est prévu, ces cérémonies se font toujours titre gracieux par le clergé de la paroisse.

    Il y a une douzaine d’années, le cardinal Amette, archevêque de Paris, alors évêque de Bayeux, vint bénir la barque Jeune-Auguste, mais qui de ce chef oublia son nom pour n’être plus désignée que comme Le Monseigneur. Une autre fut bénite, par le Père Mullois, supérieur de Villiers-le-Sec et s’appela dès lors, nonobstant ses noms propres, Le Supérieur. Enfin, il y a cinq ans, un oratorien anglais, ami de M. le Curé, le R. P. Charles Heurtley, bénit la chaloupe de M. Henri Delamare.

La curiosité sympathique de nos abonnés, qui maintes fois nous ont demandé comment on « baptisait » les barques à Port-en-Bessin, sera donc désormais satisfaite.

Extrait du  LE PILOTE de Port-En-Bessin, Août 1912, 5 éme année, N° 51.

 

dominique1012 @ 17:35
Enregistré dans cartes postales anciennes
le chemin de fer de Bayeux à Port-En-Bessin

Posté le Lundi 17 février 2014

 

Copie de port en bessin 050

En 1886, le maire de Balleroy fut chargé de se concerter avec les conseils municipaux intéressés en vue de la construction d’un chemin de fer à voie étroite de Port-en-Bessin à Bayeux avec prolongement vers Subles, Noron-la-Poterie, le Tronquay, Balleroy, Villers-Bocage et Vire. 

Port-en-Bessin avait le plus grand intérêt à être relié à la ligne de Paris-Cherbourg comme l’étaient déjà Trouville, Courseulles et Isigny, et avec le deuxième bassin qui s’achevait, les bateaux pouvaient apporter des houilles et des bois dont le commerce était considérables. 

Les marchandises acheminées vers l’intérieur par le chemin de fer envisagé devait également permettre un écoulement plus facile des produits agricoles, industriels et artisanaux des communes traversées, ainsi que le produit de la pêche du poisson frais à même de trouver des débouchés nouveaux en étant plus aisément expédiés sur divers marchés.

 

Cette ligne fut inaugurée le 30 juillet 1899 sous la présidence du préfet du Calvados accompagné de son secrétaire général. 

En 1932, en raison du déficit d’exploitation, le conseil général vota le déclassement du tramway et adressa au maire un dossier d’enquête relatif à cette suppression. 

 Le conseil municipal, tout en regrettant la suppression du tramway, qui rendait de réels services au commerce local, ne put étant donné le fait accompli, que s’incliner devant la décision prise par le conseil général. 

Toutefois, considérant que Port-en-Bessin, centre de pêche important, avait besoin d’un service journalier vers Bayeux pour l’expédition du poisson, le conseil municipal demanda qu’en remplacement le service soit assure par des autobus aménagés pour le transport des voyageurs et des marchandises et munis d’une remorque pour le transport du Poisson.

Michel Blaie éditions Charle Corlet

Copie de port en bessin 210

Bayeux, la gare Saint-Patrice.

Départ du tramway pour  Port-en-Bessin. Cette gare place Saint-Patrice n’existe plus.

Copie de port en bessin 209

Bayeux. Le tramway en route pour Port-en-Bessin.

  Copie de port en bessin 616 gare de Sully_modifié-3

La gare de Sully route de Port-en-Bessin , elle desservait la petite commune .On aperçoit en arrière plan l’ancien champ de courses et sa tribune ,  le petit train qui fait route vers Bayeux. La croix rouge indique madame Marie Le Dunois qui a postée   cette carte postale en 1907.

Copie de port en bessin 006

Escures sur la commune de Commes, défilé  de la musique de Port-en-Bessin,

La voie ferrée et en haut à gauche de la carte la gare, le dernier arrêt avant le terminus.

Copie de port en bessin461CHEMINS DE FER DU CALVADOS. 

Arrivée du tramway en gare de Port-en-Bessin. On voit à droite de la carte le haut des mats des bateaux dans le port et l’ancien chantier naval, à gauche, la gare, détruite suite à l’agrandissement du deuxième bassin, elle ne fût pas reconstruite.

Copie de port en bessin 050aArrivée de voyageurs en gare de port en bessin.

Terminus tout le monde descend !  

Copie de port en bessin460

Déraillement du tramway aux abords de Port-en-Bessin.

Plus de peur que de mal,on remet la locomotive sur les rails et c’est reparti, à cette époque aussi les trains n’arrivaient pas toujours à l’heure.

dominique1012 @ 17:50
Enregistré dans cartes postales anciennes
La 1 ère bénédiction de la mer en 1908 à Port-en-Bessin

Posté le Mardi 3 décembre 2013

 

Copie de port en bessin 180Le cortège en route vers le port, Tambours et clairons scandant la marche, l’Union Musicale de Port-en-Bessin et les Cadets de Neustie viennent prendre leur rang et le cortège se met en route. La procession descends le long des quais, passe sur le pont tournant et arrive à l’escalier de l’avant-port où doit se faire l’embarquement.

 

Copie de port en bessin 182

L’embarquement.

On approche assez difficilement tant la foule est dense; mais M. Achille Durand, président du comité, commande la manœuvre avec autorité, et l’embarquement se fait avec une rapidité merveilleuse.

 

Copie de port en bessin 182 b

port en bessin 195 copie

Monseigneur Lemonnier, s’embarque sur la Germaine ; qui a été désignée pour le recevoir. La chaloupe, qui appartient à M. Charles Dupont, est gracieusement décorée aux couleurs épiscopales (blanc et bleu). Elle est commandée par M. Bourrienne  et M. Pierre Cauchard associé de ce dernier tient la barre.

 

Copie de port en bessin 183

A peine Monseigneur a-t-il été embarqué qu’on l’a de nouveau revêtu de la lourde chape d’or. On lui a mis la mitre dorée et donné la crosse. Le pavillon épiscopal, bleu à croix blanche, a été attaché au mât de la Germaine, salué du pavois par tous  les bâtiments présents en rade. Les clairons sonnent « au drapeau ».

 

Copie de port en bessin 184

La Léonie et les huit barques décorées qu’elle remorque s’approche de lentement de la passe en décrivant des courbes gracieuses. Monseigneur, si souriant il y a quelques instants, est maintenant empreinte de gravité.

 Carte postée le29/12/1908

 Copie de port en bessin 185

Monseigneur va bénir la mer, c’est-à-dire qu’il va demander à Dieu que le dur labeur des pêcheurs leur acquière, pour eux  et pour leur famille, une prospérité honorablement gagnée ; mais c’est-à-dire surtout qu’il va demander à Dieu de protéger les marins contre le péril de cette mer si redoutable en ses tempêtes. Il pense à ceux qui sont partis joyeux, pleins de vie et qui ne sont pas revenus.

 

Copie de port en bessin 186

La Léonie en tête de la procession dans l’avant port. Le spectacle est grandiose et important. Les quais sont noirs de monde. Un groupe de chanteurs, matelots pour la plupart, montés sur la Liberté, mouillée au milieu de l’avant-port interprètent sous la direction de M. Albert Marie, les Rameaux de Faure.

 

Copie de port en bessin 186 b

Le tour de l’avant-port terminé la chaloupe épiscopale va reprendre à l’entrée du bassin la remorque de la « Léonie », elle tire quatorze petites embarcations, passe entre les quais où la foule s’écarte. Monseigneur bénit à droite et à gauche, puis, abandonnant de nouveau la remorque va bénir toutes les barques amarrées dans le deuxième bassin. La cérémonie maritime est  terminée.

 

Copie de port en bessin 186 c

La chaloupe épiscopale tirée par deux vigoureux jeunes rameurs, elle passe devant chaque barque amarrée dans le deuxième bassin que Monseigneur bénit, et toutes saluent le Prélat, en abaissant lentement leur pavois.

 

Copie de port en bessin 187

La cérémonie est terminée. La Germaine va accoster à l’escalier du deuxième bassin, faisant face à la route de Bayeux. Monseigneur saute lestement hors de la barque et gravit l’escalier, où les tambours et clairons le saluent. Et la procession s’organise pour regagner l’église.

 

Copie de port en bessin 189

 Monseigneur donne l’ordre de chanter les Vêpres pendant le retour à l’église où, sous la présidence de Sa Grandeur, un Salut solennel sera célébré par M. le Chanoine Valin. Un morceau de musique, fort bien interprété par l’Union Musicale a clos la cérémonie

 

Copie de port en bessin 190

Après la fête religieuse la séance de gymnastique.

A 16 heures, la Société de gymnastique Les Cadets de Neustrie, accompagnée de l’Union Musicale, s’est rendue place Gaudin où elle fût rejointe par L’Alerte de Saint-Patrice, arrivant de Bayeux pour prendre part aux exercices qui ont duré jusqu’à 18 heures.

 

Copie de port en bessin 191

Monseigneur, après sa visite aux religieuses, est venu assister à ces exercices et a donné à maintes reprises le signal des applaudissements. Les deux Sociétés ont obtenu un vif succès.

Carte postée le 29/9/1908.

 

Copie de port en bessin 192

A 17h15, Monseigneur, a quitté les jeux, salué par M. Candide Marie, maire de Port-en-Bessin, par le comité des marins et les prêtres présents. Sa grandeur est repartie aussitôt pour Bayeux. 

Carte postée le 12/11/1908.

Commentaires tiré du « LE PILOTE de Port en Bessin » N°2 juillet 1908

dominique1012 @ 23:38
Enregistré dans cartes postales anciennes
12345...8